| 

LE MONDE

RCA : La BM met 20 M. USD pour créer des emplois dans les familles rurales

RCA : La BM met 20 M. USD pour créer des emplois dans les familles rurales

Cette enveloppe devrait permettre de financer la création d’emplois dans les travaux publics sur la base de l'approche Himo.

More...
Asie: Le secteur touristique veut relever le défi climatique

Asie: Le secteur touristique veut relever le défi climatique

C'était au cours de la Conférence internationale sur le tourisme et le changement climatique organisée par l’OMT et l’Association…

More...
Djihadisme: Boko Haram défie Goodluck

Djihadisme: Boko Haram défie Goodluck

Pour comprendre les raisons de l'incapacité du gouvernement nigérian à trouver des solutions efficaces aux…

More...
RCA: Soutenabilité d'un génocide en gestation

RCA: Soutenabilité d'un génocide en gestation

Le retrait des forces tchadiennes, la constitution des camps de concentrations pour les musulmans, l’arrivée…

More...
Génocide rwandais: La France championne du monde du révisionnisme

Génocide rwandais: La France championne du monde du révisionnisme

Alors que le Rwanda commémore le massacre des 800 000…

More...
Tunisie: La nouvelle  constitution signée

Tunisie: La nouvelle constitution signée

Elle fait déjà l'unanimité au sein du peuple tunisien qui la trouve libérale et laïque.  

More...
Centrafrique: Le nouveau PM met son gouvernement en place

Centrafrique: Le nouveau PM met son gouvernement en place

André NZAPAYEKE fait une composition de 20 ministres, dont sept femmes.

More...
Kenya: Peine record pour un trafiquant d'ivoire

Kenya: Peine record pour un trafiquant d'ivoire

Arrêté en possession d’ivoire à l’aéroport de Nairobi, Tang Yong Jian, 40 ans, a été condamné  à  une amende…

More...
RCA: La Banque Mondiale débloque 100 millions de dollars

RCA: La Banque Mondiale débloque 100 millions de dollars

Cette aide d’urgence  vise à rétablir les services publics de base et à fournir de la nourriture, des soins…

More...
Tourisme: Un journaliste américain récompensé par l'OMT

Tourisme: Un journaliste américain récompensé par l'OMT

Richard Quest, journaliste à  la télévision CNN est ainsi récompensé sur l'ensemble de sa carrière.

More...
Frontpage Slideshow | Copyright © 2006-2011 JoomlaWorks, a business unit of Nuevvo Webware Ltd.

sarko

L’occident contrôle enfin le pétrole Libyen
Par Jules Kameni
Il n’est pas étonnant de constater aujourd’hui qu’une bonne partie du pétrole libyen est concédée à l’occident et particulièrement à la France
NAFISSATOU

DSK a finalement eu raison
Par Jules kameni

Ce verdict a soulevé la problématique liée aux mensonges répétitifs des femmes ainsi que le degré de crédibilité de leurs propos.

tours_jumelles_3

Il y a 10 ans, Ben Laden touchait les USA
Par Jules Kameni

les américains sont toujours plongé dans une insécurité permanente.

DIARRHEE._3jpg

La diarrhée fait des ravages en Afrique
Par Jules Kameni
Elle tue plus d'enfants que le VIH/SIDA, le paludisme et .......

ouatara2_2
CPI: Ouattara pris à son propre piège
Par Jules kameni

La majorité des plaintes vise le camp Ouattara. L'ONUCI et la force Licorne sont accusées d'être aux côtés des tueurs pro-Ouattara...

DSK a finalement eu raison sur Nafissatou Diallo.

NAFISSATOULe juge a en fin rendu son verdict. Les propos contradictoires de Nafissatou ont laissé des doutes sur ses faits et gestes après la relation sexuelle. Tout le monde s’accorde quand même à penser que le fameux acte au plaisir momentané a eu lieu.


 
Affaire DSK : les charges seront-elles abandonnées ?

DSKLe procureur pourrait annoncer un abandon total des charges et blanchir DSK.

Nafissatou Diallo répondra-t-elle présente à l'invitation du procureur de se présenter dans ses bureaux ? Profitera-t-elle de cette "occasion" pour, selon les termes de la lettre adressée à son avocat Kenneth Thomson, entendre les "explications" du substitut sur ce qui va se passer à l'audience du 23 août ?


 
Lybie: Le Cameroun pleure khadafi

Après les images chocs du lynchage du guide libyen, certains camerounais crient au gâchis.


 
Il y a 10 ans, Ben Laden touchait le cœur des Américains.

tours_jumelles10 ans après la destruction des deux tours jumelles, les américains sont toujours plongé dans une insécurité permanente. A tout moment, tout peut arriver que ce soit du coté d’Al-Qaïda que de Kadahfi qui n’a pas encore dit son dernier mot.


 
L'homme fort du Tchad investi à nouveau pour cinq ans

IDRIS_DEBI
Idris Debi, le président de la république du Tchad  investi pour un nouveau mendat de cinq ans.
Onze chefs d'Etat africains dont le Soudanais Omar el-Béchir avaient fait le déplacement pour la cérémonie d’investiture lundi 8 août 2011 du président tchadien Idriss Déby Itno. La Libye était représentée par un proche de Mouammar Kadhafi, Béchir S
ehal.
 
CPI: Ouattara pris à son propre piège.

ouatara2_2La majorité des plaintes vise le camp Ouattara. L'ONUCI et la force Licorne sont accusées d'être aux côtés des tueurs pro-Ouattara. La lecture du rapport de la CPI recensant les victimes et la nature de leurs griefs met à mal la fable qui fait de Gbagbo le méga-coupable de la crise ivoirienne.


 
Le calvaire des femmes en Arabie Saoudite.

arabi_saouditeUn des premiers producteurs de pétrole du monde, une puissance financière capable de soumettre le dollar, la livre et l'économie occidentale, l'Arabie Saoudite est aussi l'un des pays les plus rétrogrades en matière de respect des droits humains…

L'Arabie Saoudite a les mains rouges et le cœur asséché par les actes de violences qu'elle encourage sur son territoire à l'égard de toutes les personnes qui entravent la loi sociale et religieuse. Dans cette politique délibérée de chasse à l'impie, les femmes, qu'elles soient saoudiennes ou immigrées, font l'objet d'une discrimination instituée et traditionnelle.Des patrouilles de la police religieuse, les " mutawa'een " sillonnent les rues, questionnent les femmes accompagnées d'un homme pour s'assurer de l'identité de ce dernier, vérifient que la tenue vestimentaire stricte imposée par la loi est respectée, arrêtent les femmes qu'ils jugent en infraction, les emprisonnent, les soumettent parfois à une " vérification de leur virginité ", les torturent, les font condamner par un système judiciaire corrompu et incompétent. Certaines se retrouvent rapidement devant un peloton d'exécution pour des crimes qu'elles n'ont pas commis. Comment défendre une femme devant un tribunal si les lois édictent, elles-mêmes, des pratiques discriminatoires et violentes à leur égard ? Tout est organisé pour que la justice soit rendue, au nom de la loi religieuse, sans appel, sans recours, le plus rapidement possible et dans le secret le plus absolu.

La femme saoudienne, de son côté, est censée bénéficier de droits économiques égaux à ceux des hommes. Dans la réalité, ses droits civiques, quasi inexistants, constituent une entrave majeure à l'exercice de son rôle dans la société saoudienne. La scolarité lui est réglementée et certaines disciplines ne lui sont pas accessibles, réservées aux garçons. Une femme ne peut voyager sans l'accord préalable de son époux, son père ou toute autre autorité masculine familiale. Il en est de même pour son admission dans les hôpitaux.

Le roi Abdallah d'Arabie saoudite a annoncé dimanche dernier l'octroi aux femmes du droit de vote et d'éligibilité aux élections municipales et leur entrée au Majlis al-Choura, un conseil consultatif dont les membres sont désignés. "A partir du prochain mandat, la femme aura le droit de se présenter aux conseils municipaux ainsi que le droit de vote dans le cadre des principes de l'islam", a déclaré le souverain à l'ouverture de la nouvelle session du Majlis al-Choura à Ryad, en référence aux élections municipales de 2015.

C'est la première fois que la femme saoudienne se voit accorder le droit de vote et d'éligibilité à un scrutin dans ce royaume ultraconservateur, où seules des élections municipales partielles sont organisées. Les conseils municipaux ont un mandat de quatre ans. "Nous avons également décidé que la femme participe au Majlis al-Choura en tant que membre, à compter du prochain mandat", a ajouté le roi Abdallah en s'élevant contre "la marginalisation" de la femme et en prônant "une modernisation équilibrée" de la société saoudienne. "Nous refusons la marginalisation du rôle de la femme dans la société saoudienne dans tous les domaines", a-t-il dit, ajoutant avoir décidé l'octroi aux femmes le droit de vote et d'éligilité et leur entrée au Majlis al-Choura "après consultations avec plusieurs de nos oulémas".

Des militantes des droits de l'Homme réclament depuis plusieurs années le droit de vote pour les femmes dans le royaume dont les lois s'inspirent d'une version rigoriste de l'islam. Le royaume est souvent critiqué par des organisations de défense des droits de l'Homme pour le statut de la femme saoudienne, qui n'a pas non plus le droit de conduire une voiture ou de voyager sans l'autorisation d'un tuteur notamment. "Il est dans l'intérêt de notre patrie et du citoyen que l'on ne s'arrête pas devant les aléas du siècle. Nous devons puiser dans notre détermination et dans notre patience (...) pour les surmonter", a dit le roi dans son bref discours devant le Majlis al-Choura. "Une modernisation équilibrée, en conformité avec nos valeurs islamiques qui défendent les droits, est une demande importante dans ce siècle où il n'y a plus de place aux récalcitrants", a-t-il encore dit. Il semble faire allusion aux islamistes extrémistes qui s'opposent, au nom de la religion, à toute amélioration du statut de la femme en Arabie saoudite.

Voilà donc un pays riche et archaïque à la fois, pratiquant la sharia où la femme reste bonne à faire des enfants et à assouvir les besoins des mâles défendus par un islamisme extrême. Un grand petit pas a été marqué dans l’avancement vers la démocratie féminine avec la volonté du roi à accorder à la femme une marge de manœuvre politique.

Jules Bertin Kameni


 
OBAMA refuse la main tendue de la Palestine.

barack-obamaL’Organisation des Nations Unies tarde à valider la reconnaissance d’un Etat palestinien ; portant, plus de 130 pays à travers le monde reconnaissent sa souveraineté.

Malgré d'intenses pressions depuis des mois pour l'en dissuader, le président Mahmoud Abbas a présenté vendredi dernier la demande historique d'adhésion d'un Etat de Palestine à l'ONU, avant un discours très applaudi devant l'Assemblée générale. Dans ce discours, il a précisé avoir présenté juste auparavant au secrétaire général Ban Ki-moon la demande d'adhésion d'un Etat comme membre à part entière des Nations unies «sur la base des lignes du 4 juin 1967 avec Jérusalem-Est pour capitale». Brandissant le document, il a reçu un tonnerre d'applaudissements. Plus de soixante ans après le partage de la Palestine, Mahmoud Abbas a déposé cette demande, qui a ensuite été transmise pour examen au Conseil de sécurité. Mahmoud Abbas s'est dit prêt à reprendre des négociations avec Israël sur la base des lignes de 1967 avec un gel de la colonisation israélienne. Il a également affirmé que par cette démarche les Palestiniens «ne cherchaient pas à isoler ni délégitimer Israël», mais l'occupation et la colonisation. Son discours a été salué par de nombreux applaudissements des délégués dont beaucoup se sont levés pour applaudir le président palestinien. Il a accusé le gouvernement israélien d'avoir «sapé tous les efforts de paix» depuis un an et affirmé que la colonisation israélienne était «en train de détruire une solution à deux Etats».

Benyamin Nétanyahou a quant à lui affirme à l'ONU qu'Israël tendait «la main au peuple Palestinien» pour «rechercher la paix», mais que ceux-ci refusaient de négocier. «La vérité est que nous ne pouvons pas parvenir à la paix par des résolutions de l'ONU mais par des négociations. La vérité est que jusqu'à présent, les Palestiniens ont refusé de négocier,» a-t-il dit. Il a ensuite demandé à Mahmoud Abbas de le rencontrer ce vendredi aux Nations unies pour discuter du processus de paix. Il a également estimé que «la base du conflit c'est le refus des Palestiniens de reconnaître l'Etat juif». «Reconnaissez l'Etat juif et faites la paix avec nous», a-t-il déclaré, rejetant la position palestinienne selon laquelle le fond du conflit, c'est la question de la colonisation.

Seules des négociations directes permettront de mettre fin au conflit proche-oriental, a déclaré mercredi Barack Obama, récusant la demande de reconnaissance que les Palestiniens ont l’intention de déposer à l’Onu. “Je suis convaincu qu’il n’y a pas de raccourci vers l’issue d’un conflit qui dure depuis des décennies. La paix ne viendra pas avec des communiqués et des résolutions de l’Onu”, a déclaré le président américain dans un discours prononcé devant l’Assemblée générale des Nations unies à New York. “Au final, c’est aux Israéliens et aux Palestiniens, pas à nous, de trouver un accord sur les problèmes qui les divisent: sur les frontières et la sécurité, sur les réfugiés et Jérusalem.” “Les Israéliens doivent savoir que tout accord garantira leur sécurité. Les Palestiniens méritent de connaître le fondement territorial de leur Etat”, a-t-il poursuivi, s’efforçant de trouver le juste équilibre et de dissuader l’Autorité autonome de demander vendredi la reconnaissance de l’Onu. Son auditoire, largement acquis à la cause palestinienne, est resté silencieux à l’issue de ce discours de 36 minutes.

La position de la France sur la question est claire : Illustrant l’impatience des Européens face aux échecs répétés de la diplomatie américaine au Proche-Orient, Nicolas Sarkozy a quant à lui proposé que l’Onu accorde à la Palestine le statut d’Etat observateur, reconnu au Vatican, en attendant un accord définitif sur le futur Etat palestinien, qu’il juge possible d’ici un an. Le président français a proposé à la tribune de l’Onu un plan de paix prévoyant une reprise des négociations d’ici un mois, un accord sur les frontières et la sécurité dans six mois et un règlement définitif dans un an. “L’objectif ultime de la négociation de paix doit être la reconnaissance mutuelle de deux Etats nations pour deux peuples, établis sur la base des lignes de 1967 avec des échanges de territoires agréés et équivalents.” “Nous sommes aujourd’hui devant un choix très difficile. Chacun sait bien qu’une reconnaissance pleine et entière du statut d’Etat membre de l’ONU ne peut être obtenue dans l’immédiat pour la Palestine”, a dit Nicolas Sarkozy dans un discours entièrement consacré à cette question. “Mais qui pourrait douter qu’un veto au Conseil de Sécurité risquerait d’engendrer un cycle de violence au Proche-Orient ?”, s’est-il interrogé, évoquant l’opposition de Washington, qui a promis de faire obstacle à l’initiative palestinienne si elle arrive jusqu’au Conseil de sécurité. “Faut-il pour autant exclure une étape intermédiaire ? Pourquoi ne pas envisager pour la Palestine le statut d’Etat observateur aux Nations Unies ?” interrogation qui dévoile clairement la position de la France.

Jules Bertin Kameni


 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 Suivant > Fin >>

World Clips

Jalen Rose responds to Grant Hill's NY Times Letter
jalen-rosejpg

Manchester United Vs Marseille Highlights
soccer

Pujols reports to camp. Takes BP.
pujhols

ad-test