| 

BUSINESS

«Le bilinguisme pour une citoyenneté responsable» est le  thème retenu  pour la 7ème édition de la semaine du bilinguisme au Cameroun. Un thème qui  invite tous les jeunes camerounais à se mettre à l’école du bilinguisme afin de contribuer à la bonne marche de la nation dans le futur.

La semaine du bilinguisme a été lancée dans la région du littoral le 30 janvier. C’était en présence de  Jean Jules Ebongue Ngoh le délégué régional des enseignements secondaires pour le littoral. C’est le gymnase du lycée polyvalent de Bonaberi qui a servi de cadre au lancement de la 7ème édition de la semaine du bilinguisme dans la région du littoral, il était 9 du matin.Très tôt lundi, le personnel administratif de cet établissement d’enseignement secondaire, les enseignants, les élèves et le parterre d’invités conviés à cet évènement d’envergure national étaient  présents au lieu de la cérémonie.

Il était question pour eux de contribuer efficacement au lancement de la semaine du bilinguisme qui se déroule sur l’ensemble du triangle  national. Jean Jules Ebongue Ngoh, le délégué régional de l’enseignement secondaire pour le littoral présent à cette cérémonie, s’est saisi de cette occasion pour sensibiliser toute la communauté éducative du littoral sur l’importance du bilinguisme. «Le lancement de la semaine du bilinguisme dans la région du littoral consiste en la vérification de ce que, chaque élève de la région du littoral, chaque écolier, et chaque enseignant de la région du littoral est devenu plus bilingue que l’année passée lors du lancement de la sixième édition» a-t-il.

ebongue-jean-julesReprésentant Faï yengo Francis, le gouverneur de la région du Littoral empêché, Jean jules Ebongue Ngoh bien avant le lancement des activités a rappelé à l’ensemble de la communauté éducative le message à lui transmis par le gouverneur «Le gouverneur m’a chargé de demander à chaque citoyen de la région du littoral de suivre son exemple  puisqu’il est  parfaitement bilingue. Il  veut que chaque citoyen de la région du littoral soit à mesure de bien s’exprimer à la fois en français et en anglais», a-t-il mentionné.

Pendant cette cérémonie ponctuée des interprétations et des play-back, des élèves des différents établissements ont présenté des sketches et des récits invitant l’assistance à cultiver le bilinguisme. «Bilinguisme sans toi nous ne pouvons pas avoir d’emploi. Avec toi nous pouvons voyager à la fois dans les pays anglophones et francophones. Bilinguisme avec toi, nous pouvons vivre mieux» exaltaient-ils à travers les différents chants, sketches et récits présentés.

Le bilinguisme peut se rapporter à des phénomènes concernant : un individu qui connaît deux langues ; une communauté où deux langues sont employées. Il consiste théoriquement dans le fait de pouvoir s'exprimer et penser sans difficulté dans deux langues à un degré de précision identique dans chacune d'elles. Les individus authentiquement bilingues sont également imprégnés des deux cultures indifféremment et dans tous les domaines. Le bilinguisme constitue la forme la plus simple du multilinguisme, qui s'oppose au monolinguisme (fait de parler une seule langue).

Au-delà des espaces qui offrent une formation fonctionnelle, on assiste aujourd’hui au Cameroun à un accroissement des écoles du système éducatif qui concourent à la satisfaction des besoins de formation en anglais et en français. Ces écoles dites bilingues, généralement privées, offrent aux élèves une formation scolaire mixte, à travers un dosage variable des disciplines du sous-système anglophone et du sous-système francophone. Leur contrôle échappe aux ministères de l’Education qui ne possèdent aucun élément statistique précis permettant de mesurer l’importance de leur implantation à travers la République. Mais si dans l’enseignement du second degré les établissements ayant adopté cette approche de formation bilingue se comptent au bout des doigts, dans l’enseignement du premier degré, on en dénombre une quarantaine à Douala et à Yaoundé et au moins un dans chaque chef-lieu de province.

En dehors de ces centres de formation privés, les établissements du Programme de formation bilingue placée sous la tutelle du Secrétariat général de la présidence de la République du Cameroun, ainsi que le British Council ou le Centre culturel américain, sont également bondés


 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 

ad-test2

ad-test3