| 

POLITIQUE

Pourquoi le congrès du SDF n’arrive toujours pas à se tenir ? Les membres du Comité exécutif national , réunis le 14 janvier 2012 au domicile de John Fru Ndi à Bamenda ont parlé de tout, faisant table rase sur l’essentiel : le congrès du parti. Il a été une fois de plus reporté à une date ultérieure. Le flou persiste et  le fait que celui-ci soit électif  le complique davantage.

Deux tendances se sont affrontées au sein du Nec et dans les coulisses. Une première tendance, soutenue par le vice-président Joshua Osih militent pour l’organisation d’un congrès avant les législatives et municipales de 2012, tandis que la tendance conduite par Mbah Ndam est favorable à un congrès après les législatives et les municipales.Les partisans d’une élection avant les législatives et municipales soutiennent qu’il est «question de remobiliser la base des électeurs du Sdf». Ils affirment d’ailleurs que «l’accord minimal conclu en septembre 2011 pour permettre à Fru Ndi de se porter candidat à l’élection présidentielle prévoyait l’organisation des congrès après le scrutin d’octobre. Il n’était pas question d’attendre les municipales et législatives».

john-fru-ndi3Après des échanges parfois houleux, rapportent des commentateurs, les tenants du report ont été plus nombreux : «Nous sommes tous pour la tenue d’un congrès. Il est d’ailleurs important, puisqu’il est électif. C’est au cours de ce congrès que nous allons renouveler le mandat des membres du Nec. Mais, nous disons qu’il ne faut pas organiser un congrès pour le simple plaisir de le faire», réagit une source interne au Nec. Avant d’ajouter : «Organiser un congrès c’est mobiliser tous les militants. Or, en l’état actuel, nous n’avons pas encore rassemblé tous les moyens financiers et matériels à cette fin».

. Le trésorier national devra, d’ici la fin de la semaine dire s’il est possible de réunir les 200 millions de Fcfa nécessaires pour l’organisation de cet événement.  «S’il y a un report, ce sera pour février ou mars», affirme, Joshua Osih, qui assume les fonctions de trésorier national par intérim du Sdf à la suite du décès de Me Augustin Mbami. Près de 3000 délégués venus des dix régions du Cameroun devront participer à ce congrès au cours duquel les organes du parti seront renouvelés.

Le malaise se généralise dans tous les partis politiques dès lors que survient l’échéance électorale interne, celle destinée au renouvellement des mandats des membres. Personne ne veut céder sa place à l’autre. Des guerres intestines et autres rivalités  naissent, créant des clans et  divisions. Même les leaders sont concernés et sont parfois à l’origine de ces désordres qui les confortent. Le renvoie à plusieurs reprises du congrès  du SDF serait le refus manifeste du chairman de céder son siège à un tiers.  Ainsi, ceux qui ne donnaient plus que quelques mois à Fru Ndi, le chairman du Social Democratic Front (Sdf) à la tête de ce parti devront encore rester dans l’incertitude. La décision de l’organisation d’un congrès électif au sein de la première formation politique de l’opposition  reste un mystère.

Le dernier congrès du Sdf s’est tenu les 26, 27, 28 mai 2006. John Fru Ndi avait été reconduit à son poste de président national avec 1475 voix et 22 bulletins nuls. Même sous le poids de l’age et après avoir essuyé de cuisantes défaites devant Paul Biya, le chairman ne serait pas prêt à prendre sa retraite. Dans tous les cas, le congrès finira par voir le jour et ce sera le moment de vérité.


 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 

ad-test2

ad-test3