| 

POLITIQUE

Le ministre des Travaux publics et le député ne s’accordent sur la réfection de l’axe Yaoundé-Bafoussam. Le ministre pointe du doigt l’entreprise Ketch international à qui les travaux ont été confiés et dont le patron n’est nul autre que le député Jean Keutcha.

Dans le cadre de la traditionnelle rencontre restreinte entre les ministres en charge de certains portefeuilles clés de l’Etat et les députés du Groupe parlementaire Rdpc, en marge de la session budgétaire à l’Assemblée nationale, des membres du gouvernement ont défilé hier devant les parlementaires du parti au pouvoir au Palais des congrès de Yaoundé. Parmi ces derniers, le ministre des Travaux publics, Bernard Messengue Avom. Un incident s’est produit au cours de l’échange entre les élus Rdpc et le Mintp. Tout serait parti de la question du député traveaux_routiersRdpc de Santchou, qui tenait à savoir pourquoi la route Yaoundé-Bafoussam est en mauvais état.

En guise de réponse, le ministre indiquera d’emblée que ce chantier a été confié à une entreprise dirigée par un député Rdpc, présent dans la salle. Le Minpt précisera ensuite qu’à ce jour les travaux de réfection n’ont été exécutés qu’à 3% en dépit des dispositions financières prises par les pouvoirs publics, notamment le déblocage de 20% d’avance de démarrage. Se sentant visé, le député Jean Ketcha s’offusquera de la posture du ministre en rappelant que son entreprise est en activité depuis 20 ans et qu’elle emploie des techniciens qualifiés sortis des grandes écoles telles que Polytechnique, l’Ecole nationale supérieure des Travaux publics ou encore Harvard. Le parlementaire ajoutera que ce qui empêche la bonne conduite des travaux sur l’axe Yaoundé-Bafoussam, c’est la non signature du plan d’exécution du contrat. Ce malgré ses démarches auprès des services du Mintp.

Cette version des faits est, dans ses grands traits, confirmée par Jean Lambert Nang, le chef de la cellule de communication du ministère des Travaux publics (Mintp). Sur la base d’un entretien qu’il avec son ministre, ce dernier rapporte que, «le ministre Messengue a été interpellé au cours de son échange avec les députés sur la route Kumba-Manfé, en chantier, et sur la route Yaoundé-Bafoussam, qui est en mauvais état. S’agissant du second cas, le ministre a renvoyé les parlementaires à l’entrepreneur, qui a été grassement payé pour entretenir cet axe routier. Cette réponse a fait sortir de ses gongs le député Jean Ketcha, le patron de l’entreprise incriminée. C’est l’emportement de celui-ci qui a contribué à envenimer la situation…»

L’incident opposant le député Jean Ketcha et le ministre Messengue Avom intervient alors que le ministre des Travaux publics est attendu ce jour devant les députés dans le cadre du «grand oral» devant la commission des finances et du budget de l’Assemblée nationale. A en croire un membre de cette Commission, le spectre du dernier rapport de la Commission nationale anti-corruption (Conac), qui indexe le Mintp et certains de ses collaborateurs au sujet de détournements présumés sur le chantier de la route Ayos-Bonis, planera sur ce rendez-vous entre Messengue Avom et les députés, tous bords politiques confondus.


 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 

ad-test2

ad-test3