| 

POLITIQUE

Le Tenofovir, molécule utilisée dans la prise en charge des personnes vivants avec le vih/sida sous antirétroviraux est également efficace pour les malades atteints de l’hépatite. Mais il semblerait qu’une note ministérielle oblige les médecins à ne pas l’administrer aux patients.

«Ce n’est pas encore à mon niveau, je continue de prescrire et une fois que j’aurai la note j’arrêterai». Propos d’un praticien en service dans un centre de traitement des personnes vivants avec le Vih/sida à Yaoundé. Les produits dont il parle sont le Tenofovir, et le 3TC qui ont des activités, et donc qu’il ne peux pas ne pas prescrire à un malade qui en a besoin, dit-il. Selon ses déclarations, il a entendu parler d’une telle lettre circulaire du Ministre de la santé Publique (Minsanté) qu’il n’a pas encore reçu. Dans le CTA où il officie, ils ont de nombreux malades atteints d’hépatite qui requièrent l’administration de ce produit, alors comment le leur refuser à partir du moment où il est disponible, questionne t-il. Même s’il a été subventionné à l’intention des patients Vih sous Arv, ce spécialiste de la prise en charge du sida pense qu’on ne peut pas sereinement priver un malade d’une molécule qui est surtout accessible. Parce que autrement, il lui faudrait aller s’en procurer en officine de pharmacie, ce qui lui coûterait la bagatelle de 150.000 Fcfa par semaine, indique notre source. Selon qui le Tenofovir et le 3TC dont on parle doivent être pris à vie, parce qu’on est en présence d’une maladie au long cours.

Car les hépatites sont des maladies chroniques, et le problème c’est que le traitement pour l’hépatite B c’est un traitement à vie, «on peut guérir de l’Hépatite C mais pas de la B», précise ce médecinTenofovir. Qui révèle qu’on constate nettement, lorsqu’on a pu doser la charge virale de l’Hépatite B, une diminution de la charge virale de la C, une diminution des signes d’inflammation au niveau du foie, et une amélioration de l’état hépatique. «Oui, ce sont des médicaments qui ont fait la preuve de leur efficacité», conclut cette source. D’ailleurs, ils ne sont plus au niveau des investigations, dans la mesure où ils l’ont testé, et même la littérature scientifique sur le sujet est disponible sur Internet. Certes le Tenofovir a des effets indésirables qui sont connus, explique t-ilquel, que soit l’utilisation qui en est fait, même pour le Vih.

Ainsi il y a ce qu’on appelle Tubolopathie, cela se passe au niveau du rein qui est constitué en gros de deux morceaux. Il y a une partie qui est l’umérule qui filtre les urines, et le tubule qui réabsorbe tout ce qui est nécessaire pour l’organisme.Donc le Tenofovir fait des tubolopathies, donc des défauts de réabsorption, et donc des pertes des substances, des ions, de l’eau. Aussi la première chose qu’on doit demander à un patient qui est sous Tenofovir c’est s’il a augmenté sa durèse, si sa quantité d’urine a augmentée. Et là on peut le surveiller, car parfois on a des augmentations transitoires, le temps de l’adaptation a médicament. On le remarque parce que les malades se plaignent de se lever trois à quatre fois la nuit pour uriner. Il peut arriver que cela persiste, et qu’on associe d’autres signes comme une bandelette urinaire qui permettent de constater qu’il y a une grosse perte de selles.

S’il a y une trop grosse perte de selles, c’est que le malade ne le tolère pas. Ce spécialiste fait remarquer que comme tous les autres médicaments, on peut peut-être vomir. Mais il suggère de retenir que le Tenofovir est un médicament très bien toléré qu’ils utilisent. Le 3TC est aussi trop bien toléré, et lui a très peu d‘effets secondaires. En général l’hépatite B est une maladie qui a une seule molécule. Mais quand les malades sont co-infectés Vih, on peut ajouter deux autres molécules. Pour l’hépatite B nous n’avons que le Tenofovir, et quand un malade est sous traitement, nous le surveillons pour voir si le produit est bien toléré. En général on ne fait pas la charge virale sur l’hépatite B, mais on surveille sur des examens simples comme des transaminases qui sont redevenues normales, sur le fait que vous n’êtes plus très fatigués, vous n’avez plus les yeux jaunes, etc.

Frégist TCHOUTA


 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 

ad-test2

ad-test3