| 

BUSINESS

 

La pénurie d’insuline Mixtard qui frappe le pays tout entier depuis plus d’un mois sème la panique au sein des malades de diabète. Dans les hôpitaux, plusieurs cas de décès liés à l’insuline se font déjà enregistrer. Si la rupture persiste, la situation pourrait devenir encore plus grave.

« Il n’y a pas d’insuline ici depuis le mois d’août », voilà la réponse que nous a donnée la femme en service à la pharmacie de l’Hôpital Central de Yaoundé, ce 29 septembre. Cherchez plutôt du côté des autres pharmacies, peut-être vous allez en trouver là bas, avait-elle ajouté, alors que nous souhaitions savoir s’il est possible d’en trouver ailleurs. « Mais là bas, on parle de 15 000. C’est cher maintenant », avait-elle ajouté. Du côté de la pharmacie des diabétiques, elle aussi située juste à l’entrée de l’hôpital Central de Yaoundé, des patients rencontrés dans ce qui sert de salle d’attente, n’en savaient plus où donner la tête. Selon la pharmacienne en service le matin du vendredi 30 septembre 2011, « l’insuline mixtard est en rupture ». « Adressez-vous un peu du côté des pharmacies classiques, peut-être que vous allez en trouver », nous a-t-elle indiqué.

    Dans les pharmacies, chercher le moindre flacon d’insuline, c’est comme chercher une aiguille dans une botte de foin, et votre reporter en a fait l’expérience. Première escale, la pharmacie Notre dame, au quartier Tsinga. Ici, aucun flacon d’insuline, depuis plusieurs mois. Idem pour la pharmacie de Cana, à Mballa 2. A la pharmacie provinciale, celle située à l’entrée du tunnel de Nlongkak, côté maison de la Radio, nous trouvons quand même de l’insuline, mais pas n’importe laquelle. « Vous voulez quel type d’inuline ? » nous demande la pharmacienne en service ce vendredi matin. « Parce qu’il y a plusieurs types d’insulines : l’insuline rapide, l’insuline insulatard et l’insuline mixtard », explique-t-elle.  Ici, seules les deux premières (l’insuline rapide, l’insuline insulatard) sont disponibles, mais la dernière est en rupture. S’agissant du prix, « Les deux premières coûtent 14500 FCFA », nous a-t-elle lancé, avant de nous séparer.

Insuline_Mixtard_30_2

  Rendus à la CENAME, aucune information officielle sur la pénurie. Madame Mvom Angeline, vice-présidente nationale de l’Association camerounaise du diabète, n’en sait pas plus sur les raisons de la pénurie au niveau central. Mais au niveau local elle explique que grâce à un accord qui lie le Cameroun à un partenaire au développement, « l’insuline Novo est conventionnée. C'est-à-dire qu’on nous aide à acheter l’insuline. » Grâce à cette subvention, l’insuline qui coûte 14500 FCFA dans les pharmacies classiques, se vend à 3000 dans les pharmacies d’hôpitaux. A cause de la différence de prix, les malades achetaient leurs insulines dans les hôpitaux au détriment des pharmacies classiques. Avec le temps, les pharmacies classiques ont réduit leurs commandes d’insulines. « Comme nous ne trouvons pas les insulines dans les hôpitaux, les malades ont paniqué et ils sont allés chercher les insulines dans les pharmacies en ville. Le peu de stocks qu’il y avait dans les pharmacies en ville s’est épuisé ».

   Au Centre National de diabétologie de l’hôpital Central de Yaoundé, les conséquences de la pénurie d’insuline sont déjà visibles. Les malades de diabète affluent pour avoir des solutions à leurs problèmes. Dans les salles d’hospitalisation, les lits sont presque tous occupés. Ici, des sources dignes de foi font état de plusieurs cas de décès déjà enregistrés, et de plusieurs autres, dont le pronostique vital est sérieusement engagé. Les médecins font ce qu’ils peuvent, mais un diabétique sans insuline, c’est la mort programmée. Selon Mvom Angeline, rapportant elle-même citant elle-même le Directeur général de la CENAME, « le vol qui a l’insuline pourra arriver à 19h de ce jour », c’est-à-dire le vendredi 30 septembre dernier. Au moment où nous postions l'article sur le site, aucune information sur l’atterrissage d’un avion contenant de l’insuline ne nous était déjà parvenue.

Frégist TCHOUTA


 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 

ad-test2

ad-test3