| 

POLITIQUE

L’acte de naissance du nouveau mode de sécurisation et d’identification des camerounais a été signé vendredi dernier à Yaoundé entre le Directeur Général à la sureté nationale et l’entreprise française, Gemalto SA. L’accord prévoit, la production des titres identitaires sécurisés et surtout infalsifiables. Entre autres pièces, une carte d’identité nationale nouvelle formule.

Documents à sécuriser

 Le lancement officiel de ce nouveau produit avait pour cadre l’immeuble siège de la Délégation générale à la Sureté nationale à Yaoundé. Et sont concernés par ledit projet : la carte de séjour des étrangers vivant en terre camerounaise, la carte professionnelle, la carte de retraités, des fonctionnaires de la sécurité nationale, et surtout de la carte nationale camerounaise en proie à la braderie depuis un certain temps.

A l’origine du changement, des manquements observés dans l’ancien système d’identification. Selon le Martin Mbarga Nguélé, le Directeur général de la Sureté nationale « le constat auquel on est arrivé est que notre nationalité n’était pas garantie parce que la carte nationale d’identité n’était pas sécurisée. Il fallait donc entreprendre des dispositions utiles pour arriver à avoir une carte nationale d’identité infalsifiable » a-t-il expliqué. Il a ajouté que « tout le monde pouvait avoir accès à cette carte et devenir camerounais ».alt

Pour le Directeur des programmes gouvernementaux de Gemalto SA, la société en charge de la production de ces pièces, le système est avantageux à plus d’un titre « cette nouvelle carte doit avoir un nouveau matériau qui est plus durable qui est le polycarbonate qui permet d’avoir une sécurité et qui et vraiment à l’intérieur du document avec photo couleur » a t-il précisé. Il ajouté que « une autre résolution est une composante électronique, un micro-possesseur qui va augmenter la sécurité du document. Ceci va permettre d’ouvrir de nouvelles portes dans tout ce qui est identification, authentification électronique. Ça permet de créer un environnement de confiance sur internet avec des citoyens camerounais ». Ledit appareillage revient comme une porte d’ouverture aux échanges des Camerounais sur la toile.

Faisabilité du projet

Pour encadrer le partenariat, il sera crée un centre de production principal à Yaoundé, la capitale, un autre centre de production secondaire Garoua pour les trois régions septentrionales, 350 postes d’identification à travers le pays et 50 derniers postes mobiles répartis dans toutes les autres régions. Ces centres techniques viennent accompagner le comité de suivi crée par un décret du chef de l’Etat datant du 28 avril dernier dont les missions se résument à veiller à la bonne réalisation des travaux techniques du projet et l’élaboration des textes en vue d’améliorer la réglementation pour un encadrement optimal de la nationalité camerounaise.

 


 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 

ad-test2

ad-test3