| 

POLITIQUE

La Campagne K.O Palu lancée le 20 août dernier devait en principe entrer dans sa deuxième phase de distribution le weekend du 15 septembre. Mais la tenue du 3è congrès ordinaire du Rassemblement démocratique du peuple Camerounais (RDPC) les 15 et 16 septembre 2011 n’a pas arrangé les choses

moustiquairesLes soucis du dénombrement sur le terrain, le déploiement du plan média sont quelques-unes des préoccupations qui rendent caduque l’ouverture officielle de la campagne nationale de distribution de la Moustiquaire imprégnée d’insecticide à longue durée d’action (Milda). En plus de ces deux soucis essentiels à l’opération, la tenue du 3è congrès ordinaire du Rassemblement démocratique du peuple Camerounais (RDPC) les 15 et 16 septembre 2011 n’a pas arrangé les choses. Initialement prévue à la mi-septembre par le Ministère de la santé publique (Minsanté) et ses partenaires au développement, nul ne sait à quelle date l’opération va avoir lieu.

Dans la ville les populations s’impatientent, et convergent vers les chefferies traditionnelles où ils sont supposés retirer leurs articles. La faute au ministre de la santé qui avait cru devoir indiquer une date précise lors du lancement de la campagne de communication « KO Palu» le 20 août dernier. Aujourd’hui, les experts du Comité national de campagne (CNC) sont confrontés aux dures réalités d’une telle activité. D’autant plus que sur les 50.000 Agents Recenseurs (AR) annoncés le 15 juin pendant la cérémonie de sensibilisation des gouverneurs de régions, ce sont 40.000 qui ont finalement été révélés par Mama Fouda ce 20 août. Pour une population de 10.000 AR en moins devant compter les ménages sur le triangle national en mois de deux semaines. Et le Congrès du RDPC qui s’est tenue les 15 et 16 septembre est venu prolonger le chronogramme initial. Plus grave encore, les Organisation à Base communautaires (OBC) qui ont été recrutées pour faire le dénombrement interviennent en rangs dispersés. Avec des équipes de jeunes recenseurs qui ont été formés en moins d’une journée et qui se caractérisent sur le terrain par meurs mauvaises appréciations des procédures.

Par exemple, et selon les propos de ces AR approchés dans les quartiers, chaque équipe est composée de deux personnes, dont les initiales de leurs noms sont mentionnées dans le Voucher. Ce ticket qui matérialise le passage des Ar  et qui comporte les éléments suivants : Le code du ménage, la date de remise, la région, le district de santé, l’aire de santé, le village, quartier ou résidence, le site de distribution, la date de distribution, le nombre de personnes dans le ménage, le nombre de moustiquaires à donner, le nom de trois représentants du ménage. Egalement le nom et la signature du distributeur, le nom et la signature du bénéficiaire, et du responsable de l’aire de santé. Actuellement les mentions 075/OB, 068/SN, 064/MD, 083/NT, 086/FOB, Milda/223/ CMAG illustrent à souhait les lacunes des AR. Car les dernières lettres montrent que l’équipe qui est passée dans la zone était composée de trois voire quatre agents. Outre la taille des équipes, la réalisation de l’activité constitue un autre casse tête pour ces AR qui ont reçu une formation d’une journée sur le recensement des ménages. Ainsi, arrivés dans une famille monoparentale dont les enfants majeurs sont eux-mêmes déjà pères, ils les ont comptabilisés comme des familles à part. Alors que les jeunes hommes vivent dans leur famille nucléaire, et leurs compagnes et mères de leurs progénitures dans les leurs.

Double emploi

Un double emploi, qui peut fausser les résultats escomptés, avait décriée madame Mylène Fongang. Qui en a informé un cadre de l’UNICEF rencontré au cours d’une activité de santé. Celui-ci pour sa part avait saisi les responsables de la sous commission technique du CNC qui étaient allée investigués dans cette famille pour avoir le fin mot de l’histoire. En guise récompense aux remarques pertinentes de madame Fongang, sa famille a été rayée de la liste de bénéficiaires de la Milda pour fraude, lui avait dit un des coordonnateurs de cette sous commission. Au total, ce sont 8,7 millions d’articles qui seront offerts aux ménages sur le triangle national. Pour l’heure le comptage des ménages se poursuit dans la région du Centre en particulier selon un calendrier établi par la délégation régionale du 3 au 15 septembre. Dans les districts de santé, les Milda n’y pas encore été déposés. Hormis le recensement, le transport des moustiquaires des magasins régionaux où ils ont été stockés vers les districts de santé et les autres sites de distribution doit être assuré par les forces du maintien de l’Ordre, et les militaires. Mais sur ce plan aussi, on ignore ce qui est entrain d’être fait. 3.800 agents de sécurité sont annoncés pour couvrir toute la campagne, dans les 2.500 postes mobiles de distribution définis. Sur le triangle national on dénombre 179 Districts de Santé, pour 179 personnels de sécurité, et 1.550 autres dans les 1.550 Aires de santé existants.

Toujours en matière de sécurité, Pour que chaque ménage d’ici à la fin de ce mois de septembre ait reçu sa ou ses Milda comme prévu, à raison de 01 Milda pour une famille de 2 à 3 personnes ; 2 pour un ménage de 4 à 5 personnes ; 3 pour une famille de 6 à 7 personnes, etc. Toujours dans le cadre de cet événement, une campagne média est prévue qui devait avoir commencé, mais à cette date, et à quelques jours du lancement comme on l’affirme au ministère de la santé publique, rien n’a encore été fait. L’organisation en charge de cet aspect de l’opération  est IRESCO (Institut de recherches en sciences sociales), qui n’a pas encore entamé son activité. Pourquoi ? On le saura assez tôt.

Frégist TCHOUTA



 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 

ad-test2

ad-test3