| 

LE MONDE

Le 10e anniversaire des attentats du 11 septembre 2001, qui avaient fait près de 3 000 morts à New York aux Etats-Unis s’est célébré Dimanche dernier. Comme chaque année, quatre minutes de silence ont été observées aux heures où les deux avions avaient percuté les tours jumelles du World Trade Center qui se sont par la suite effondrées comme un château de cartes. La cérémonie a été placée sous haute surveillance aux Etats-Unis de peur que les terroristes n’en profitent pour orchestrer de nouvelles attaques. En effet, d’après des documents récemment retrouvés dans la planque de Ben Laden à Abbottabad au Pakistan, de nombreux attentats étaient planifiés aux Etats-Unis et dans le monde avant cette commémoration et même le 11 septembre 2011. Samedi dernier, lors d’une réunion avec ses conseillers à la sécurité nationale, Barack Obama a appelé à une «vigilance accrue : «Le président a ordonné à son équipe de traiter énergiquement toute information portant sur une menace, de s’assurer (que règne) une vigilance accrue et de se tenir prêts au moment où nous commémorons l’anniversaire des attentats du 11-Septembre», a indiqué la Maison Blanche dans un compte-rendu de cette réunion.

Oussama Ben Laden, le chef d'Al-Qaida, était alors devenu l’ennemi à abattre. George Walker Bush alors président des Etats –Unis avait d’emblée défini ce qui s’etait passé à New York et à Washington comme des actes de guerre, et non pas simplement comme des crimes. Dès le soir des bombardements, il avait posé les bases de ce qui constituait la doctrine Bush. A savoir : « l’islamo-terrorisme a déclaré la guerre au monde civilisé, et à la principale puissance de celui-ci, les Etats-Unis. Le monde civilisé doit répondre en déclarant lui-même la guerre à l’islamo-terrorisme, et, celui-ci ne pouvant fonctionner sans soutien, considérer que tous les pays qui soutiennent celui-ci sont en guerre avec le monde civilisé ». Ce fut une déclaration de guerre. Dans les mois qui suivaient, George Walker Bush dira que chaque pays, en ce contexte, avait un choix à faire : être du côté de la civilisation ou être du côté de la barbarie, et ces paroles ont été pertinentes. La guerre en Afghanistan, qui a suivi, a été une guerre destinée à faire tomber le régime taliban et à détruire les bases arrières d’al Qaida. La guerre d’Irak a suivi, et elle a porté la haine anti-Bush à son paroxysme. Mais Bush termine son mandat sans réaliser un de ses rêves : traquer ou tuer Oussama. C’est après plus d'une décennie que le chef d'Al-Qaida, Oussama Ben Laden, avait finalement été tué au Pakistan par les services spéciaux américains.C'est le président américain Barack Obama qui annonçait la nouvelle lors d'une allocution télévisée. "Ce soir, je suis en mesure d'annoncer aux Américains et au monde que les Etats-Unis ont mené une opération qui a tué Oussama Ben Laden, le dirigeant d'Al-Qaida, un terroriste responsable du meurtre de milliers d'innocents", avait déclaré M. Obama.

Mais les menacent persistent toujours. Dans un message audio mis en ligne à l'occasion du dixième anniversaire des attentats du 11 septembre, le chef d'Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, a prédit « un sombre hiver » pour les Etats-Unis. De plus le guide Libyen porté disparu i et personne ne connaît dans quel coin du monde il se cache, encore moins quelle stratégie de destruction il prépare contre les américains qui ont largement contribué à sa chute. C’est dire combien les américains sont toujours plongé dans une insécurité permanente. A tout moment, tout peut arriver que ce soit du coté d’Al-Qaïda que de Kadahfi qui n’a pas encore dit son dernier mot. Obama pourra-t-il terminé son mandat sans goûter aux attaques en provenance du monde arabe ?

Jules Bertin KAMENI


 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

WORLD

1. REVENGE

Medvedev Vows Punishment

For those behind Moscow's airport suicide bombing.

2. Arizona Shooting

Loughner Pleads Not Guilty

Before federal court in Phoenix.

3.HE'S BACK

Olbermann Breaks Silence

While Beck calls him world’s “biggest pain in the ass.”

4. Booted

Rahm Emanuel Kicked Off Chicago Mayor Ballot

Court says he doesn't meet residency requirements.

5. WORRISOME

Hezbollah Picks PM in Lebanon

Protests sweep nation in opposition.

SUITE

 

ad-test2

ad-test3