| 

BUSINESS

Depuis environ trois minutes, monsieur A. tourne en rond dans les allées de l’Avenue Kennedy. Assis au bord de son véhicule, il cherche, un espace pour se garer, en vain. Pour rejoindre son bureau situé dans l’un des immeubles qui longent cette avenue, il a fini par s’habituer pénibles allées et venues, à la recherche d’un espace. Après plusieurs  tentatives, il finit par apercevoir un véhicule sur le départ, et y gare son véhicule. Dans cette avenue parmi les plus fréquentées de la ville de Yaoundé, il est devenu difficile pour les automobilistes de trouver un parking. En cause, les va-et-vient incessants des automobilistes, mais surtout, l’apparition d’un nouveau phénomène. Celui de la réservation des parkings aménagés par la Communauté Urbaine de Yaoundé par les propriétaires des échoppes installées aux abords de la route.

 

Parking Réservé

Sur les centaines parkings aménagés par la Communauté urbaine de Yaoundé, seuls une vingtaine est libre, nous confiera un agent de la Communauté, chargé de la gestion des parkings. Ici, presque tout a été réservé. Devant des grandes boutiques comme Anny Computer, GS Electronic, Xnet Phone, la CBC, il est désormais interdit de garer. Des affiches indiquant la propriété du parking, laissent comprendre qu’il s’agit d’un espace réservé. Ici, seuls les clients des boutiques, ou les automobilistes se rendant dans ces boutiques ont le droit de garer, explique l’agent. Du coup, comme dans un jeu de chaises, les autres automobilistes, qu’ils soient locataires de bureaux situés dans l’avenue, ou visiteurs, sont obligés de se partager les espaces restants.

alt

 

De l’avis de certains vendeurs à l’étalage qui  essaiment sur le trottoir, plusieurs fois, des accrochages entre propriétaires de parkings et automobilistes ont été enregistrés. « Une fois, un automobiliste, prétextant acheter un appareil dans une boutique, a garé son véhicule, a fait un tour dans la boutique ciblée, et est ressorti faire ses courses. A son retour, il a été vertement critiqué par la propriétaire, et ils se sont bien insultés », explique un vendeur.

Une autre fois, on est passé tout près de la bagarre, après qu’un automobiliste ait, par force, garé son véhicule, pour faire ses courses dans une autre, située un peu plus loin, a-t-on également appris.

Non loin de l’Avenue Kennedy, au Marché Central de Yaoundé d’autres automobilistes rencontrent les mêmes difficultés. Ici comme là-bas, très peu de places à partager entre les dizaines de véhicules qui y transitent. L’affiche, portant le logo de la Communauté urbaine de Yaoundé et celui de l’entreprise ayant acquis la propriété du parking, demandent  à l’automobiliste en détresse à aller voir ailleurs.

De l’avis de notre agent de la Communauté urbaine qui dit avoir travaillé dans différents sites de la ville, entre  60 et 75% des parkings aménagés dans les centres commerciaux de Yaoundé sont réservés. Il cite entre autres l’Avenue dite des banques au quartier Hippodrome, les parkings des ministères presque toujours pleins, et le marché Mokolo.

 

100 000 F.Cfa pour un parking

Propriétaire d’une PME spécialisée dans la reproduction des photos, monsieur Boniface T. fait partie des acquéreurs de parkings à l’avenue Kennedy. « La question du parking est une question essentielle. Pendant longtemps, j’ai eu des difficultés avec des clients qui venaient faire des achats, mais étaient contraints de repartir, parce que n’ayant pas trouvé d’espace pour garer leur véhicule », raconte-t-il. Au bout d’un certain temps, les effets du parking ont commencé à se ressentir. « Au cours du mois de novembre, j’ai constaté une diminution de mon chiffre d’affaires. Je ne peux pas dire avec exactitude si c’était dû au parking. Mais lorsque sous les conseils d’un voisin j’ai réservé un espace placé tout juste devant l’entrée, les choses ont recommencé à aller mieux », termine-t-il.

Malgré notre insistance, monsieur Boniface n’a pas souhaité révéler le montant versé à la CUY pour acquérir des droits sur son parking. Mais des promoteurs de PMEs contactés, ont laissé croire que chaque entreprise versait en moyenne 100 000 F.Cfa pour réserver un parking. Pour les entreprises de plus gros calibre souhaitant obtenir plusieurs places de parking, une remise leur était faite sur le lot. Nous n’avons pas pu obtenir davantage d’informations sur le montant des remises.

Contactée la CUY n’a pas souhaité officiellement répondre à nos sollicitations. Des responsables répondant sous le sceau de l’anonymat, nous ont laissé entendre que l’activité de concession des droits de parkings aux entreprises était une initiative lancée par les propriétaires d’entreprises installées en bordure de route. « L’aménagement des parkings dans la ville de Yaoundé rentre dans le cadre des missions de la CUY. Avec l’augmentation des véhicules en circulation dans la ville, nous avons trouvé nécessaire de créer des espaces précis et sécurisés pour les automobilistes. Nous  n’avons trouvé aucun inconvénient à ce que les espaces soient réservés. Ils nous coûtent moins cher, et ne nécessitent pas la présence d’un de nos agents sur le terrain » a expliqué notre source.

Ici, on rappelle, à l’attention des automobilistes fréquentant régulièrement les allées du Centre commercial, que la Communauté urbaine de Yaoundé met en vente des tickets passe partout. Ces vignettes de parking permettent à l’automobiliste de garer son véhicule dans n’importe quel parking de la ville, à n’importe quel moment de la journée, a-t-on appris. Coût de la vignette : 45 000 F.Cfa.

 

Fin des parkings payants ?

Une ville avec des véhicules garés en pleine chaussée. Voilà le visage que présentait la ville avant les actions coup de poing engagées en 2007-2008 par le Délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Yaoundé. En créant une taxe de 25 000 FCFA imposée aux automobilistes pris en flagrant délit de garage sur la chaussée, Gilbert Tsimi Evouna avait réussi à ramener de l’ordre sur les rues.

En louant les espaces publics à des personnes privées, les automobilistes, même les plus respectueux de la loi, pourraient bien être contraints de regagner la chaussée. La campagne d'assainissement de la ville qui avait pourtant porté ses fruits, se retrouverait prise dans son propre piège.


 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 

ad-test2

ad-test3