| 

POLITIQUE

La campagne K.O. Palu lancée le 20 août dernier donne déjà du fil à retordre aux agents recenseurs qui ne savent s’il faut se fier aux textes ou à la réalité sur le terrain..........

Andr_Mama_Fouda_1Magni, quinquagénaire, est mère de famille. Dans sa maison, vivent 10 personnes, parmi lesquels ses quatre enfants et d’autres fils adoptifs. Lors du passage des agents recenseurs du Ministère de la Santé, sa maison reçoit quatre tickets « Voucher » (tickets permettant de recevoir des moustiquaires), qui lui donnent droit à 8 moustiquaires. Seulement, le Ministère de la Santé, dans sa stratégie de distribution des moustiquaires, avait prévu une moustiquaire pour deux personnes, les familles de trois personnes y compris, donc 5 moustiquaires pour la maison Magni, contre les huit donnés par les agents recenseurs.

Problème, sur le terrain, les agents recenseurs ont rencontré une toute autre situation. La maison, qui a également trois chambres indépendantes, est habitée par trois de ses fils, eux-mêmes pères de famille. Les deux premiers ayant un enfant chacun, et un autre, l’aîné, trois. Mais pour tous les trois pères d’enfants, qui ont pour objectif de se mettre en couple, les mères et leurs enfants vivent ailleurs, et n’y viennent que pour quelques temps. Sur la base d’une plainte déposée par un observateur, une délégation de vérification se rend au domicile de madame Magni, et constate qu’effectivement, dans cette maison, réside une mère et ses enfants, eux-mêmes pères d’enfants. La délégation confirme le travail des agents recenseurs et déclare recevables les tickets « voucher » donnant droit à 8 moustiquaires pour toute la famille.

Depuis lors, le problème de la famille Magni, a fait l’objet d’âpres discussions. D’un côté, ceux qui pensent que les agents recenseurs ont parfaitement fait leur travail, et de l’autre, ceux qui veulent suivre les principes du recensement à la lettre et qui demandent que les moustiquaires ne soient remises qu’à ceux qui vivent effectivement dans la maison, étant donné que les autres se feront recenser là où ils résident. Aujourd’hui, cette thèse a finalement pris le dessus. Philippe YOMBA, le responsable de la sous-commission technique du recensement, a pris la décision d’annuler les tickets « Voucher » des autres fils, et de considérer la famille Magni comme un tout, et non pas comme une famille éclatée.

Echec

Des vérifications faites dans les autres bordereaux de recensement comme à Nsam, ont montré qu’il existait dans d’autres quartiers de la ville, d’autres foyers correspondent à la famille Magni. Et que dans ces autres cas aussi, les agents recenseurs avaient pris la décision de travailler sur le principe de famille et non sur le principe du nombre d’habitants de la maison. Le foyer de madame Magni et les autres foyers de Nsam n’étant pas marginaux, des langues se délient déjà pour souhaiter une vérification à grande échelle des bordereaux des agents recenseurs, et l’annulation pure et simple de tous les tickets rentrant dans ce groupe. Ce qui fera de cette campagne de recensement un échec.

Frégist TCHOUTA


 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 

ad-test2

ad-test3