| 

SHOW BIZ

alt

 

Sur le réseau social Facebook, la nouvelle s’est répandue comme une trainée de poudre. En fin de soirée, des posts publiés par divers hommes 

de médias, laissaient croire que la santé de l’artiste camerounais avait empiré. Finalement, c’est dans la nuit (lundi) que la confirmation est tombée. Guy Lobé, qui a fait danser de nombreux mélomanes dans le monde entier, a perdu la vie à l’hôpital général de Yaoundé, foudroyé par un Accident vasculaire cérébral (AVC), apprenait-on.

Je me souviens de sa silhouette imposante, de sa danse sur place, et des mouvements de sa bouche, qui nous donnaient l’impression qu’il mangeait quelque chose. Tout au long de sa carrière, il est resté sobre, et n’a pas versé dans le spectaculaire et l’ostentatoire comme le font beaucoup d’artistes aujourd’hui », a livré, en signe de témoignage, Henry, promoteur d’un studio d’enregistrement.

« Malinga », « Mon ami à moi », « Union libre », grâce auxquels il avait pu se faire connaître du public, resteront les seuls souvenirs qu’on gardera de celui qui fut parmi les artistes les plus populaires des années 1980.


 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 

ad-test2

ad-test3