| 

BUSINESS

Le Cameroun est pour le moment épargné par l’épidémie du virus Ebola. Cependant selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le pays représente une zone à risque de contamination de la pathologie. Compte tenu du fait des risques de contamination de cette épidémie dans les frontières camerounaises, le gouvernement camerounais, par le biais du ministère de la Santé publique et le système des Nations au Cameroun entend préserver la santé des Camerounais.

Le weekend dernier, les deux partenaires ont lancé une campagne de sensibilisation des populations de la dans la localité de Kyé-Ossi département de la vallée du Ntem, région du Sud. Objectif : à amener les populations à adopter les comportements sains en respectant les règles d’hygiène. Il s’agit de manière concrète de se laver ses mains avant et après chaque repas. Le ministre de la Santé publique, André Mama Fouda a invité les populations de cette partie du Cameroun 

alt

 

à ne pas consommer tout animal sauvage retrouvé mort en brousse. Le choix de la localité de Kyé-Ossi s’est justifié par le fait que la 30e coupe d’Afrique des Nations de football se joue en Guinée Equatoriale. Ce qui est responsable de nombreux mouvements de personnes qui vont et viennent tant en Guinée Equatoriale qu’au Cameroun. Il en est de même pour le Gabon qui est à côté.

En plus, en dehors de cette épidémie qui a déjà fait près de 8500 morts dans trois pays les plus touchés qui sont le Libéria, la Guinée Conakry et la Sierra Léone et près de 22000 cas, le ministre de la Santé publique et les responsables du système des Nations au Cameroun ont bien voulu faire d’une pierre, deux coups. Ils ont profité de ce cadre temporel pour procéder aussi au lancement de la première campagne de vaccination contre la poliomyélite, soit la 8e du genre depuis l’année dernière. Il est question pendant cinq jours au moins d’inoculer le vaccin aux enfants de 0 à 5 ans afin de leur éviter les amputations des jambes. L’année dernière certains cas de la maladie avaient été déclarés à Malentouen dans le département du Noun, région de l’Ouest Cameroun, Yaoundé la capitale politique camerounaise et à Ketté dans le camp des refugiés centrafricains basé à l’Est Cameroun. C’est dans ce sillage que les pays d’Afrique centrale ont décidé de mener de campagnes de vaccination synchronisées l’année dernière au même moment. Mais ces différentes campagnes ont été butées à quelques poches de résistance. Certains parents pour des raisons liées aux coutumes ou aux considérations religieuses, n’entendent pas vacciner leurs enfants. Car à les en croire, les sectes telles que le Rotary club international et le Lions club en s’impliquant dans ces campagnes de vaccination risquent de nuire à l’avenir de leurs enfants.

Gérard Abada


 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 

ad-test2

ad-test3