| 

LE MONDE

Mais avec consentement de la femme de chambre qui aurait formulée des mensonges pour déstabiliser DSK. Parmi ces "mensonges répétés et accablants", Cyrus Vance précise que la femme de chambres a changé plusieurs fois de versions sur ses faits et gestes juste après qu'elle ait eu une relation sexuelle avec DSK. Elle a d'abord dit s'être rendue au 28ème étage, avoir craché sur la moquette et appelé le responsable de la sécurité. Par la suite, elle a déclaré avoir nettoyé une autre chambre avant de revenir dans la suite 2806 de DSK pour la nettoyer. Ce verdict a également soulevé la problématique liée aux mensonges répétitifs dont les femmes font montre ainsi que le degré de crédibilité de leurs propos. Elle aurait alors croisé dans les couloirs de l'hôtel le responsable de la sécurité à qui elle aurait expliqué l'affaire.

Mais Nafissatou Diallo a également proposé une troisième version de la période qui a suivi la relation sexuelle. Elle a alors déclaré avoir quitté la suite 2806 en courant, avoir vu l'accusé prendre l'ascenseur et c'est alors qu'elle aurait décidé de rentrer dans la chambre 2820 qu'elle avait nettoyée plus tôt dans la matinée pour y récupérer des produits de nettoyage.

Face à l'accumulation de ces faits, le procureur Cyrus Vance a donc décidé de jeter l'éponge et d'abandonner la plainte contre Dominique Strauss-Kahn, qui avait plaidé non coupable le 6 juin dernier. En apprenant hier sa volonté de démettre le dossier, les avocats de DSK se sont déclarés "reconnaissant". Ils ont précisé dans un communiqué : "Nous avons dit depuis le début que notre client était innocent." Si effectivement DSK était non coupable, pourquoi ne poursuit-il pas Nafissatou Diallo pour diffamation de nom et mensonge sur sa personne ? De plus, quelle personnalité à la taille de DSK peut digérer un tel scandale sachant que celui-ci  lui a couté son prestigieux poste au FMI ?

Ce verdict a également soulevé la problématique liée aux mensonges répétitifs dont les femmes font montre ainsi que le degré de crédibilité de leurs propos. Olivia Cattan, journaliste, écrivain et présidente de l’association "Paroles de femmes", qui lutte pour l’égalité entre les sexes et contre les violences faites aux femmes estime d’ailleurs que ce verdict vient remettre en doute la parole des femmes. De faites, ne faut-il pas toujours remettre en question les propos des femmes et de ne les valider qu’après vérifications ?

Jules Bertin KAMENI


 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

WORLD

1. REVENGE

Medvedev Vows Punishment

For those behind Moscow's airport suicide bombing.

2. Arizona Shooting

Loughner Pleads Not Guilty

Before federal court in Phoenix.

3.HE'S BACK

Olbermann Breaks Silence

While Beck calls him world’s “biggest pain in the ass.”

4. Booted

Rahm Emanuel Kicked Off Chicago Mayor Ballot

Court says he doesn't meet residency requirements.

5. WORRISOME

Hezbollah Picks PM in Lebanon

Protests sweep nation in opposition.

SUITE

 

ad-test2

ad-test3