| 

LE MONDE

Génocide rwandais: La France, championne du monde du révisionnisme

C’est dans la capitale rwandaise que la tradition a été respectée en la mémoire des victimes, deux décennies après les massacres. La solennité des manifestations de la journée a été rehaussée par la présence des délégations étrangères, dont les chefs d’Etats Sud-soudanais Salva Kiir, le Gabonais Ali Bongo, le kenyan Uruhu Kenyatta entre autres. Des présences et non des moindres sont celles, de la présidente de la  de la commission de l’Union Africaine, Dlamini Zuma et du Secrétaire général des Nations unies, le Coréen Ban Ki-Moon.

La grande curiosité reste indubitablement, le refus de la France de participer à la communion émouvante entre les anciens tortionnaires et leurs victimes. A l’origine de ce fait insolite, les déclarations la semaine dernière du président rwandais Paul Kagame qui a vertement mis sur la place publique la responsabilité partagée de la France et de la Belgique dans la préparation et l’exécution du génocide. Excusez du peu ! C’était dans les colonnes de l’Hebdomadaire ‘’Jeune Afrique’’. Pour le pouvoir de Kigali, la France doit reconnaitre son rôle dans la commission du forfait comme l’avait fait  en 2004, la Belgique, l’autre puissance colonisatrice. Les dirigeants français depuis plusieurs années font le sourd et le muet devant ce vieil adage : « une fauteavouée est à moitié pardonnée ». Pour cette énième sortie de l’homme fort de Kigali, Paris a décidé de suspendre la venue de sa délégation aux cérémonies officielles du lundi 07 avril 2014. Comme du berger à la bergère, le pouvoir rwandais a opposé une fin de non recevoir à la participation française au rabais, aux cérémonies commémoratives.

alt

 

Sommes-nous assez naïf pour croire que l’annulation de l’accréditation de l’ambassadeur français, Michel Flesch à Kigali, n’arrange pas les affaires de Paris ? Pour beaucoup d’observateurs, les autorités françaises savent bien sauter au plafond chaque fois que l’on évoque le rôle de ses forces armées lors ses interventions hors de l’Hexagone. Pour mémoire, le ministre français Renaud Muselier avait dû quitter l’esplanade du mémorial de Gesozi en 2004, lors de la commémoration des dix ans du génocide, au moment où le Président Paul Kagame évoquait les responsabilités de la France dans les massacres d’avril à juin 1994.

En effet, sur cette question beaucoup de déclarations d’acteurs et témoins de cette histoire, concordent sur la culpabilité de la France au moment des faits. Et si la France était devenue championne mondiale du révisionnisme? – Pourrait-on se demander. L’attitude Poncepilatiste dont fait montre les Gaulois ne pouvait surprendre personne. La France a l’art de fuir son passé qui la rattrape toujours. Tenez ! La France a reconnu enfin, bien évidemment après moult balbutiements (à travers la loi du 29 janvier 2001, ne comportant qu’un seul article) qu’il y a eu un génocide, en Arménie. C’était le premier génocide du XXème siècle qui a emporté plus d’un million de personnes entre avril 1915 et juillet 1916. Et comme l’on pouvait s’imaginer, cette reconnaissance publique ne fit guère mention des responsables. Et n’allez donc pas demander à la France d’établir  sa responsabilité.

Le colonel LAMBERTON a affirmé à la suite de l’ouvrage : Kamerun! Une guerre cachée aux origines de la françafrique, de Thomas Deltombe et Manuel Domergue, paru aux éditions La découverte, qu’il y a eu 400 000 tués entre 1956 et 1958 au Cameroun. Il a ajouté qu’ayant vent de cette barbarie, à Paris comme à Marseille, il a été qualifié de fieffé menteur. L’on pourrait ajouter au qualificatif, génocide, d’autres éléments tels que : crime contre l’humanité, crime de guerre à la lecture du rôle joué par Maurice Delaunay de juin 1956 à décembre 1958, nommé par Pierre Messmer pour rendre les irrédentistes camerounais au silence. A l’Ouest du pays, l’on a organisé la déportation des chefs bamiléké, les massacres des maquisards à qui l’on fait couper les têtes et les exposer sur la place du marché.

A l’heure actuelle, le collectif de défense des droits de l’homme agissant pour le génocide rwandais reproche à la France d’abriter plus d’une vingtaine de génocidaires impunis. Une preuve que la France a peur des révélations de ces derniers dans cette affaire. Le procès à coups médiatiques et la condamnation du capitaine Sibikangwa apparait comme de la poudre aux yeux. Beaucoup estiment qu’au lieu de maquiller la mariée l’on l’a plutôt aveuglée.

La France a-t-elle reconnue les effets dévastateurs des essais nucléaires effectués en Polynésie?  Sera-t-elle à même de reconnaitre un jour, les crimes de ses multiples interventions en Afrique ? La France fera-t-elle  son mea culpa sur les exactions de son armées dans la guerre d’Algérie, des opérations ‘’barracuda et Sangaris’’ en Centrafrique, « Serval et Hydre » au Mali etc.?

 100 jours, 10 casques Bleus, 08 civils belges tués et 02 Canadiens, cela mérite que les coupables soient identifiés et qu’ils reconnaissent leur forfait. La France le sais mieux que quiconque : la vérité est offensante.

Augustin Tacham


 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

WORLD

1. REVENGE

Medvedev Vows Punishment

For those behind Moscow's airport suicide bombing.

2. Arizona Shooting

Loughner Pleads Not Guilty

Before federal court in Phoenix.

3.HE'S BACK

Olbermann Breaks Silence

While Beck calls him world’s “biggest pain in the ass.”

4. Booted

Rahm Emanuel Kicked Off Chicago Mayor Ballot

Court says he doesn't meet residency requirements.

5. WORRISOME

Hezbollah Picks PM in Lebanon

Protests sweep nation in opposition.

SUITE

 

ad-test2

ad-test3