| 

POLITIQUE

Le président de l’Assemblée nationale camerounaise Cavaye Yéguié Djibril pense toujours agir au nom de la deuxième personnalité de l’Etat au Cameroun. 

alt

Or, depuis le 14 avril 2013, Cavaye Yéguié Djibril a été relayé au troisième rang comme personnalité, cédant sa place à Marcel Niat Njifendji devenu le tout premier président du Sénat. Ce qui signifie qu’au plan protocolaire, le président du Sénat doit occuper les premières places lors des grandes cérémonies et même en matière de prise de parole lors des réunions. Cependant, les habitudes ont la peau dure. Le 09 janvier dernier, le président de la République Paul Biya recevait les vœux des membres du corps diplomatique accrédités à Yaoundé et les membres des corps constitués nationaux. Ce qui attestait que dans l’après de ce même jour, le nouveau président du Sénat Marcel Niat Njifendji devait obéir à ce rituel. Ce qui n’a pas été le cas. Au lieu du président du Sénat, c’est plus tôt celui de l’Assemblée nationale qui recevait les vœux de ses collaborateurs. Ce qui prouvait la non  maîtrise des rôles du président de l’Assemblée nationale. Cavaye Yéguié Djibril pensait ainsi qu’il était dans sa posture de deuxième personnalité de l’Etat. Ce n’est que le lundi 13 janvier dernier que le président du Sénat recevait les vœux de ses collaborateurs. Et dans le souci de respecter l’ordre hiérarchique au plan protocolaire à la tête de l’Etat, le premier ministre Philemon Yang,  a pour sa part, attendu que les collaborateurs du président du Sénat lui souhaitent la bonne année, pour que dans l’après midi de ce même jour, qu’il entre dans la danse dans le cadre du déroulement de la saison des vœux.

Interrogés sur  la polémique qui défraye la chronique sur les cérémonies de présentation des vœux au sommet de l’Etat, certains responsables du  ministère de la Communication estiment qu’il ne s’agit pas d’une confusion sur l’aspect protocolaire des cérémonies de vœux. Selon eux, le Sénat est encore jeune, il apprend à faire ses premiers pas, qu’on lui accorde quelques mois encore pour avoir ses propres moyens et ses installations, et rien ne se fera dans le désordre. En ce sens que la chambre haute sera toujours au-dessus de la chambre basse. D’ailleurs en novembre dernier, sa supériorité a été prouvée lors du passage des ministres devant les députés pour défendre leurs budgets, en vue de défendre leurs budgets 2014. Seul le Sénat n’a pas obéit à cette logique, or son enveloppe est incluse dans la loi des finances de cette année, tout comme les enveloppes liées aux salaires des chefs traditionnels et les enseignants nouvellement sortis de l’école normale de Maroua. Cavaye Yéguié Djibril qui a déjà passé 42 ans à l’Assemblée nationale, ne comprend pas certainement comment quelqu’un d’ordre sera devant lui, alors qu’il occupe ce rang depuis 22 ans.

Gérard Abada


 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 

ad-test2

ad-test3