| 

SPORTS

Une nouvelle crise. Une de plus et peut-être une de trop. C’est à croire que les saisons de suivent et se ressemblent pour le Canon sportif de Yaoundé. Les guerres de clans et les querelles intestines qui ont émaillé la vie du club l’an dernier couronnée par la contreperformance à la finale de la Coupe du Cameroun en décembre, n’ont visiblement pas servi de leçon aux factions en dissidence. La preuve, ils ont remis ça. Une nouvelle guerre de communiqués vient d’éclater. Le premier fait état des résolutions d’une réunion du Conseil des sages tenue le week-end dernier au domicile d’Olinga Jener,à Yaoundé, avec pour principale résolution, le limogeage de Céline Eko, la présidente du Conseil d’administration avec tout son staff. Dans la foulée, les sages s’opposent à la mise à l’écart de Pierre Wome Nlendde l’équipe. Lui qu’on dit en froid avec la Pca depuis des mois. Le Conseil exige également la mise en place d’un staff technique devant procéder aux tests de recrutement et à la préparation de l’équipe pour la nouvelle saison qui s’annonce.

alt


Pour joindre la parole aux actes, les esprits éclairés du Kpakum vont installer de nouveaux hommes au sein de l’encadrement technique composée d’Oscar Eyoum, 

Emmanuel Kundéet de Joël Afaka, tous d’anciens joueurs du Canon, reconvertis dans l’entrainement de football. Que reproche-t-on concrètement à Céline Eko ? « Depuis deux ans qu’elle est en place, elle 

n’a jamais convoqué d’assemblée générale. Et malgré les demandes incessantes du Conseil des sages, elle ne l’a pas fait. De deux, il est dit dans le règlement intérieur que le Pca ne gère pas les comptes du club car cela est du ressort du Directeur général et du Directeur financier. Elle a pris beaucoup d’écart par rapport à cette gestion. De trois, il est dit dans nos statuts que toute décision importante, notamment les transferts des joueurs, doit avoir l’accord préalable du Conseil des Sages. Nous croyons savoir que plusieurs joueurs de Canon ont été transférés à l’étranger sans que le Conseil des sages ne soit consulté », tempête Emmanuel Mvé Elemva qui fait pourtant partie de ceux qui sont allés supplier la « dame de fer » de prendre les rênes du club en 2011. 

Augustin Edjoa

Autre tort qu’on impute à cette dernière, le non respect des exigences de la Ligue de football professionnel du Cameroun qui veut que les associations sportives se transforment en Sociétés anonymes à objet sportif (Saos). « Madame Eko a procédé à une transformation qui n’était pas conforme. Une décision de l’Assemblée générale avait donné mandat au Conseil des Sages de mener cette transformation et aujourd’hui, nous croyons savoir qu’il y a deux Canon Saos et l’affaire est pendante devant les tribunaux », explique l’ancien artificier du Kpakum qui annonce pour le 12 janvier prochain, un congrès extraordinaire du club. Là où le bât blesse c’est que ce hold-up se passe en l’absence de Céline Eko, qui se trouve en Angleterre.

Selon la Pca, jointe au téléphone par nos confrères de Rsi (Radio sport international), plusieurs dignitaires du club souhaitent se servir du Canon pour assouvir leur plan de carrière. Le doigt accusateur est surtout pointé sur Augustin Edjoa, l’ancien ministre des sports qui a récemment offert 11 chasubles de basketteurs aux joueurs du canon au titre de motivation. Un acte déshonorant pour une personnalité de sa carrure. Pour éclairer la lanterne des fans et du public, Céline Eko qui avait prévu rencontrerla presse ce vendredi dernier à Yaoundé, s’est rebiffée. Choisissant plutôt de présider une réunion de crise avec certains de ses administrateurs. A suivre.

Christian TCHAPMI.


 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 

ad-test2

ad-test3